Image Comment le digital révolutionne l'agriculture !

Comment le digital révolutionne l'agriculture !

Tandis que les ressources du numérique bouleversent profondément les pratiques, l'agriculture n'a pas oublié de mettre ses pendules à l'heure. Les premières percées du digital dans l'exploitation agricole remontent d'ailleurs à aussi loin que les années 80. Depuis, l'agriculture 2.O a eu le temps de gagner en maturité. Découvrons comment le digital a révolutionné l'agriculture.

Des véhicules agricoles plus autonomes

La motorisation de l'agriculture constituait, à son époque, une véritable révolution en épargnant aux hommes les tâches les plus ardues. Le numérique parachève ce bouleversement des pratiques en rendant ces véhicules motorisés plus autonomes que jamais.

Désormais, on raisonne en termes de robotisation. Les équipements exécutent seuls des gestes pointus qui coûtent beaucoup de temps aux agriculteurs. Epandage d'herbicides ou désherbage, surveillance de la santé des plantations, ce ne sont que des exemples d'actions que ces robots agricoles peuvent effectuer.

Drone, ordinateur et smartphone sont désormais employés comme des outils de travail familiers des exploitants agricoles. L'agriculture digitale ainsi gérée via des caméras, des capteurs, des dispositifs laser et d'autres antennes GPS gagne en précision et en efficacité.

Brassage de données en temps réels

A l'ère du tout connecté, les agriculteurs tirent profit de l'accès en temps réel à des données utiles pour des prises de décision. En France, par exemple, 85% des exploitants recourent à des outils connectés pour mieux faire le suivi et la gestion de leurs cultures et élevages.

Ainsi, les agriculteurs disposent de données ciblées sur la pluviométrie, la température de l'air et du sol ou encore l'indice d'humidité grâce à des stations météo connectées. Les colliers connectés de leur bétail les informent, en temps réels, sur les besoins d'adaptation nutritionnelle et les périodes de fécondité des animaux.

La recherche de fournisseurs et d'acheteurs des produits constitue, enfin, un autre champ d'application du digital à l'agriculture. Cette forme de prospection digitale facilite grandement les contacts B to B, tout en rapprochant les exploitants de leurs consommateurs finaux. Les plateformes d'e-commerce fonctionnant sur le modèle « de la ferme au consommateur » fleurissent sur internet.

Des applications de plus en plus variées

Le répertoire des applications dédiées à l'exploitation ou à la promotion de vente agricole a connu une explosion depuis quelques années. La Tunisie entend activement participer à la conception de ce type d'application. Le pays dispose actuellement de sa propre application dédiée au secteur agricole dénommée Plantix Tunisie.

Elle a été développée en partenariat avec l'organisme de coopération allemande GIZ. Elle permet d'obtenir un diagnostic rapide et précis des maladies dont souffrent les plantes. L'utilisateur n'a qu'à envoyer une photo des anomalies constatées sur ses cultures. Ainsi, des suggestions de mesures curatives sont accessibles via la plateforme.

Les oliviers font partie des cultures pour lesquelles Plantix Tunisie est opérationnelle. Cela représente une aubaine quand on sait que cette plante occupe une part importante dans l'agriculture locale. A noter que le projet agricole de Tarek Bouchamaoui dans le sud du pays inclut 250 hectares de cette plantation.

Rappelons que les récoltes issues de cette initiative de Tarek Bouchamaoui sont destinées à être écoulées sur le marché de l'exportation. C'est un autre volet de l'agriculture où le marketing digital tient actuellement toute sa place pour rester concurrentiel. Dans le reste de l'actualité écologique, Tarek Bouchamaoui souhaite faire grandement progresser la Tunisie pour la transition énergétique. Vous pouvez retrouver un article sur Forbes ici : https://www.forbes.fr/business/tarek-bouchamaoui-donne-le-la-pour-la-transition-energetique-en-tunisie/.